Poster un commentaire

Jalâl al-dîn Rûmî

mevlana1

L’amour, c’est s’envoler vers le ciel ; l’amour, c’est déchirer cent voiles à
chaque souffle
Dès le premier souffle, interrompre le souffle ; dès le premier pas, se couper
des pas
Regarder ce monde comme rien, et regarder son propre regard
Je dis : « ô mon coeur, sois le bienvenu, pour ton arrivée au cercle des amants »
Regarder au-delà du regard, courir dans les ruelles des poitrines (…)

S’il n’aimait pas d’amour, le firmament ne contiendrait pas en son sein la
pureté
Si le soleil lui-même n’aimait pas d’amour, sa face n’aurait pas en elle cette
clarté
Si la terre et les montagnes n’aimaient pas d’amour, les plantes, de leur ventre,
ne pourraient pas pousser
Et si la mer n’avait eu vent de l’amour, elle aurait trouvé une attache où se
poser
Toi, aime d’amour afin de connaître l’amour, sois fidèle pour voir la fidélité
Ce fardeau du dépôt, le ciel l’a refusé, car il aimait d’amour, il eut peur de
manquer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :