Poster un commentaire

NIZAMI GANDJEVI – ghazal

Dans le secret de la nuit, une brune chez nous est venue,
une brune au teint vif,coquette, mignonne,est venue

Si rosé, si moite était sa joue, qu’un nuage a croqué la lune:
il nous fallut guetter cette joie brune qui chez nous est venue.

Cette brune, dans le noir nous la détaillâmes à grand’ peine,
mais le chasseur sut qu’un gracieux gibier en son domaine était venu.

Nos joues et nos mains se sont trouvées, la nuit nous parut brève;
au jardin de notre joie, que la rosée câline, le printemps est venu.

Elle a dit: Mon bien-aimé, if faut partir, que puis-je faire qui te plaise?
Nous lui avons demandé sa bouche, à cette brune qui est venue.

Lors elle versa une larme, sur la joue nous en resta la brûlure
ce fut une atroce douleur, comme si le feu de géhenne en nous était venu.

O Nizami, a-t-elle dit… C’en fut assez pour mettre fin au rêve:
hélas, dans notre sommeil la jolie brune était venue.

(traduit par A. Karvovski)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :