Poster un commentaire

ORHAN VELI – Epitaphe

Rien ne le fit souffrir au monde
Autant que cors et durillons,
Sa laideur même, irréparable,
Ne pouvait l’affliger autant.
Et quand parfois dans ses chaussures
Il lui arrivait d’être à l’aise,
Oubliait d’en remercier Dieu.
Pourtant n’était ce qu’on appelle
Pécheur ancré dans son péché.
Ci-gît Süleyman Efendi,
Quelle pitié que sa triste vie!

Traduit par Sunar Yazıcıoğlu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :