Poster un commentaire

FAZIL HUSNU DAGLARCA – Violence

«
Qu’en penses-tu, joignons nos mains.
Tu frappes deux fois, et je t’en mets deux,
Est-ce qu’il a volé?
Ou sucé le sang et la sueur de la nation ?
Tu m’en mets quatre et je vais frapper quatre fois.
Vingt envoyés à l’étranger pour acheter des bateaux, trente pour
choisir le thé…
Est-ce que le ministre des affaires étrangères s’est fait couper les
cheveux,
Alors que nos enfants chauves meurent de faim dans des villages en
adobe,
Et nos poupées qui servent leur chaire pure nuit après nuit?
Tu frappes sept fois, et je vais t’en mettre sept de plus.
Qu’en penses-tu, hé, joignons nos mains.
Est-ce qu’il a vendu une assiette de haricots, deux dollars quatre-vingt
au lieu de huit cents,
Ou est-ce qu’il a hoché la tête de son chameau à ta pétition pour
t’extorquer cinq cents?
Elu au Congrès est-ce qu’il a investi dans son propre futur piétinement
au progrès ?
Tu m’en mets neuf et je t’en mets neuf de plus.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :