Poster un commentaire

FAZIL HUSNU DAGLARCA – Le village sans pluie

«J’ai faim, terre noire, faim, entends moi.
Avec le boeuf noir j’ai faim ce soir.
Il pense, et penser le nourrit,
Je pense, et penser augmente ma faim.
J’ai faim, terre noire, faim, entends moi.
On peut toujours cacher la faim.
Le vent dort sur les collines de la gloutonnerie
Dans le sommeil de l’oiseau et de la bête.
Quand les grasses étoiles glissent,
L’obscurité se voit nourrie
Le vent dort sur les collines de la gloutonnerie
On ne peut dormir quand on a faim
La faim est noire sur nos visages, la faim est ancienne.
Meadows and hills hunger.
Rain falls no more and the crops are scorched.
How did we anger the skies far and wide?
Hunger is black on our faces, hunger is hoary.
On ne peut vivre quand on a faim.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :