Poster un commentaire

Yahya Kemal Beyatli – Mort des Epicuriens

«Dans le jardin de la tombe du poète il y a une rose, disent-ils, jour
après jour elle fleurit, sa couleur est celle du sang;
Un rossignol pleure toute la nuit, disent-ils, jusqu’ à l’aurore:
Dans son refrain, les rêves de la ville d’amour sont évoqués.

La mort pour un épicurien est le printemps du calme et de la paix; car
pendant des années, son esprit s’est consumé comme de l’encens
brûlant partout
Alors que sa tombe repose sous la fraîcheur des cyprès.
A chaque aube une rose fleurit et chaque nuit, un rossignol y chante.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :