Poster un commentaire

Mehmet Akif Ersoy – La chute de Gallipoli


«Soldat, pour ses terres bénies, maintenant sur cette terre tu reposes,
tes aïeux peuvent se pencher du paradis pour embrasser ton front.
Comme tu es fort, tu protèges notre vraie foi de ton sang;
Ta gloire est partagée par les braves du Prophète de Dieu.2
Qui pourrait creuser une tombe qui ne serait pas trop petite pour toi?
Si nous devons t’enterrer dans notre histoire, tu t’en échapperas.
Ce livre ne peut contenir tous les saccages de ton époque: seul le
temps infini pourrait te contenir.
Si je pouvais installer le Kaaba à la tête de ta fosse et y inscrire les
inspirations qui bouleversent mon esprit;
Si je pouvais m’emparer du firmament avec toutes les étoiles qui le
composent, pour le poser tel un drap sur ton cercueil saignant;
Si je pouvais attacher les nuages de printemps comme un plafond
pour ta tombe ouverte, accrocher les sept lampes des pléiades dans
ton mausolée, comme tu reposes baignant dans ton propre sang sous
le chandelier;
Si je pouvais arracher la lumière de la lune et la mettre dans ton
catafalque pour qu’elle te garde jusqu’ à la fin du monde;
Si je pouvais remplir ton chandelier des rayons éternels de l’aube, et
panser tes blessures au crépuscule avec la gloire de soie du lever du
soleil.
Je ne pourrais toujours pas dire avoir fait quelque chose en l’honneur
de ta mémoire.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :