Poster un commentaire

Fitnet ( Fitnat ) Hanim – Museddes

«Les nuages du printemps ont répandu sur la terre des gouttes de pluie semblables à des perles ; les fleurs se sont épanouies, étalant leur beauté ; la saison du plaisir et de la joie a ramené le goût de la promenade. Les arbres, parés de leurs feuilles, offrent maintenant un abri agréable. — Quittez vos demeures, la terre s’est couverte de verdure, les tulipes et les roses se sont entr’ouvertes, la saison du printemps est revenue.

Jetez un regard sur la rose, sur le frais narcisse : l’un est comparable à la boucle de cheveux noirs, comme le musc, d’une jeune beauté, l’autre rappelle l’éclat de ses joues vermeilles. Au bord du ruisseau, ce cyprès se balance semblable a la taille élancée du bien-aimé. Partout les pompes de la nature enivrent le cœur de joie et de plaisir. — Quittez vos demeures, la terre s’est couverte de verdure, les tulipes et les roses se sont entr’ouvertes, la saison du printemps est revenue.

Les fleurs du jardin sont épanouies, les roses sont souriantes, et de tous côtés des rossignols, en proie a l’amour le plus violent, font retentir l’air de leurs plaintes. Laissez-vous séduire par l’aspect de ces giroflées, de ces œillets fleurissant sur les plates-bandes, de ces narcisses et de ces jasmins feuillus enlacés aux branches des cyprès. — Quittez vos demeures, la terre s’est couverte de verdure, les tulipes et les rosés se sont entr’ouvertes, la saison du printemps est revenue.

O mon bien aimé ! la pelouse du jardin a des attraits enchanteurs : écoute les gémissements du rossignol caché dans le bosquet de rosiers ! La rose fraîchement éclose a rougi de confusion en voyant la couleur de tes joues ; montre, pour la faire languir, les balancements de ta taille semblable au cyprès agité par le vent. — Quittez vos demeures, la terre s’est couverte de verdure, les tulipes et les roses se sont entr’ouvertes, la saison du printemps est revenue.

Il faut se taire et ne point importuner davantage les amants passionnés, car le printemps les invite à la fidélité. C’est maintenant l’époque où, se réunissant au bord des ruisseaux, on se livre à la gaieté et au plaisir ; c’est maintenant qu’il faut prendre la coupe pleine d’un vin qui épanouit le coeur ; et toi, Fitnet, viens ; lis cette pièce de vers, car elle est de circonstance. — Quittez votre demeure, la terre s’est couverte de verdure, les roses et les tulipes se sont entr’ouvertes, la saison du printemps est revenue.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :