Poster un commentaire

AHMET TELLI – Ce Qui Vient En S’esquivant

Une lune fanée se promène
sur la ville chaque nuit
d’un air de savant voyageur
elle arpente la route

Tout s’enfouit dans le silence
d’automne immobile et brûlé
et comme un voile déchiré
le temps s’essaime sans relâche

Ecoute maintenant la voix de l’eau
les murmures de la forêt
les montagnes ouvrent leur sein
afin qu’un amour s’y repose

Les yeux sur les lointains versants
il recherche sans trêve
silencieux et calme un coeur attend
au plus aigu de l’attente

Sans doute sur les monts, les mers
et les lacs
l’aurore s’écorche-t-elle en se levant
sans doute est-elle proche
l’heure où nature et vie seront bouleversées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :