Poster un commentaire

MEVLANA – Mawlâna Jalâl Ud-Din Rûmi – Béatitude

Mais qui donc frappe à l’huis ?
Ton humble serviteur !
Quel est donc ton dessein ?
Te saluer, Seigneur !
Persévéreras-tu ?
Oui, jusqu’à ton appel.
Resteras-tu fervent ?
Oui, jusqu’au Jugement : je prétends à l’Amour et j’ai fait le serment que pour lui je perdrais grandeur et royauté.
Le Juge, en ce procès, réclame des témoins.
Les témoins sont mes pleurs ; mon teint pâle est la preuve. Récusables témoins ! ton œil fut perverti.
Par la gloire de ta justice, ils sont justes et sans péché.
Quelle est donc ton intention ?
L’amour et la fidélité.
Mais que désires-tu de moi ?
Ta grâce qui s’étend à tous.
Qui donc t’accompagnait ?
Ton image, ô mon roi !
Qui t’attirait ici ?
Le parfum de ton graal.
Où donc est-on le mieux ?
Dans le palais du Maître.
Qu’y contemplas-tu ?
J’y vis cent miracles.
Il est désert ; pourquoi ?
Par crainte des brigands.
Quels sont donc ces brigands ?
Les critiques du monde.
Mais comment donc s’en préserver ?
Par l’abstinence et la piété.
L’abstinence, qu’est-ce donc ?
C’est le chemin du salut.
Comment ressent-on douce peine ?
En s’approchant de ton amour.
Ici, comment te trouves-tu ?
Dans la stable béatitude.

Rûmi
(Diwân)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :