Poster un commentaire

MEVLANA – Mawlâna Jalâl Ud-Din Rûmi – Anéantissement

L’amour, c’est s’envoler au ciel, à tout instant fendre cent voiles, d’abord renoncer à soi-même et, pour finir, se perdre en Dieu, considérer comme irréelle la vision de ce bas monde, ne pas voir effectivement ce qui tombe sous le regard.
« Ô mon cœur ! » dis-je, « quel bonheur ! entrer au cercle des mystiques, voir au delà de ce qu’on voit, descendre au gouffre intérieur !
D’où te vient cet élan, mon âme ?
Ô cœur ! d’où te vient cet émoi ?
Apprends le langage des oiseaux : je puis comprendre ton secret. »
Et l’âme dit : « Je demeurai tout près de Dieu tant qu’il pétrit le corps humain ; puis je voulus m’enfuir du monde qu’il créa ; mais j’y fus captive, épuisée, et comme au moule façonnée. »

Rûmi

(Diwân)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :