Poster un commentaire

Mawlâna Jalâl Ud-Din Rûmi – Il n y’a que lui

Et qui te crois cependant de ce monde terrestre.
Ô âme ! sais-tu qui est ton aimé ?
Ô cœur ! sais-tu qui est ton hôte ?
Ô corps qui cherche partout l’issue pour t’enfuir,

Lui t’attire ; regarde ce qui est à ta recherche !
Ô toi qui tiens éveillé mon sort et ma destinée… ne dors pas !
Ô splendeur du printemps et des roses… ne dors pas !
Ô toi, aux yeux langoureux et cruels… ne dors pas !

Cette nuit est une nuit d’allégresse… ne dors pas !
Notre ivresse ne provient pas du vin vermeil,
Et ce vin n’existe que dans la coupe de mon imagination.
Tu es venu pour répandre mon vin ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :