Poster un commentaire

Mawlâna Jalâl Ud-Din Rûmi – Il n y’a que lui

Notre corps pétri de terre est la lumière des cieux.
Autrefois, nous étions des enfants, puis nous fûmes maîtres ;
Autrefois, nous étions heureux de voir des visages amis.
Écoute la fin de notre aventure :

Nous sommes devenus pareils aux nuages, pareils au Vent.
Le monde est plein de verdure, de fleurs,
Tout rit de l’éternelle beauté qui se reflète en tout.
Derrière le voile existe tant de beauté ;

là est mon être.
Ô sage ! sais-tu ce que c’est que la nuit ?
C’est l’isolement des amants, loin des indifférents.
Cette nuit surtout, où mon aimée se trouve sous mon toit,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :