Poster un commentaire

MEVLANA – Moïse et le berger

la merveilleuse histoire de Moise et du Berger,tirée du célèbre « Mathnawi » de Mawlâna Jalâl Ud-Din Rûmi.

Moise, au cours d’un de ses nombreux voyages à travers le désert,surprit un berger s’adressant à Dieu : « O toi qui commandes à touteschoses, implorait le berger, j’aimerais tant devenir ton serviteurpour réparer tes sandales et coiffer tes cheveux ; baiser tes petites mains délicates et masser tes petits pieds, et balayer la poussièrede ta chambre. O toi à qui j’offre toutes mes chèvres en sacrifice,et toi dont le souvenir est la cause de me pleurs. »
En entendant un tel babillage, Moise réprimanda le berger et lui fitsavoir qu’il faisait preuve d’infidélité en prononçant ces absurdités blasphématoires et irrespectueuses. Puis il ajouta : « Les sandales,les cheveux et de pareilles choses conviennent à quelqu’un comme toiet non à Dieu. » Il voulut éclairer le berger ignorant : « Comment detelles paroles pourraient-elles jamais convenir au Très-Haut ? Dieun’a pas besoin de tels services. A qui donc crois-tu parler ? Aquelqu’un de ta famille ? Accomplir de telles tâches peut être valable et méritoire vis-à-vis de quelqu’un comme toi, et non face à la sainteté de Dieu, qui est le Créateur et qui n’a pas été créé comme nous. Ô homme ignorant, tes pseudo prières sont irrévérencieuses et préjudiciables à la pureté de ton âme. «Lorsque le berger entendit ces reproches venant d’un prophète de Dieu, il eut profondément honte, se repentit pour les blasphèmesqu’il avait proférés. Puis le coeur brûlant de douleur, il déchira sesvêtements et s’enfuit dans le désert.
C’est alors que Moise reçut une révélation de la part de Dieu :
« Tu as éloigné de moi mon dévot ! As-tu été envoyé pour amener les hommesà l’Union, ou bien, ton but serait-il de les entraîner dans la voie de la séparation d’avec Dieu et le déséquilibre ? J’ai octroyé àchacun une façon particulière de se comporter, et une manièrepersonnelle de s’exprimer. Ce qui, pour l’un est méritoire, peut être blâmable pour un autre. A chacun ses pratiques et ses usages. L’amourde Dieu est au-delà de toute pureté ou impureté. Je n’ai pas commandé l’adoration du divin pour en avoir un bénéfice personnel, mais monAmour est une grâce que j’accorde à ceux qui m’aiment. Leur glorification n’ajoute rien à ma gloire ; c’est plutôt eux qui deviennent bénis et glorifiés par cette grâce. Sache que je ne regarde pas la forme extérieure des discours mais ce qu’ils recèlent à l’intérieur. Peu importe que les mots prononcés manquent de respect si le coeur est humble et pur, car le coeur est la substance qui est le seul objet de mon attention. Je désire un coeur ardent et non desmots et des concepts.
Allume un feu d’amour dans ton âme, Moise, et brûle toute expression et toute pensée. Car se préoccuper de la forme extérieure des conventions et des pratiques est une chose, et faire partie de ceux dont l’être intérieur et l’esprit brûlent d’amour, en est une autre.
«Le credo de l’amour, précise Rûmi, est au-delà de toutes les religions. Pour les amoureux véritables, la seule religion, la seule foi est Dieu.
Moise pris de remords mais transporté hors de lui-même par Dieu qui illumina son coeur de mystères divins, partit à la recherche du berger pour lui faire savoir qu’il pouvait adorer Dieu comme son coeur ardent le désirait et que son blasphème apparent était en fait une religion véritable. Quand il le retrouva et lui dit cela,le berger s’exclama qu’il avait dépassé de telles préoccupations et qu’il baignait désormais dans l’amour divin. Le berger ajouta que lechoc des reproches que Moise lui avait adressés l’avait propulsé au-delà du ciel, et qu’il avait atteint un état qu’aucun mot ne pourra jamais exprimer.
Rûmi termine l’histoire en nous conseillant de ne pas oublier quel’image que l’on contemple dans un miroir n’est rien d’autre que notre propre image réfléchie dans le miroir et non l’image du miroir.Lorsqu’il est question de Dieu, insiste Rûmi, quels que soient les mots qu’on utilise pour
Le glorifier, ils seront tout aussi inadéquats et peu convenables que ceux utilisés par le berger de Moise. Si nous pouvions voir les choses telles qu’elles sont en réalité, nous comprendrions immédiatement. Ainsi, se moquer ou rejeter l’adoration qu’un autre voue à Dieu, c’est faire preuve d’arrogance et d’ignorance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :