Poster un commentaire

CETIN BAYRAMOGLU – BROUILLARD et ISTANBUL

Durant la nuit, un léger châle blanc
A entouré tous les coins de la ville
Tu crois qu’un chacal faim descend de la montagne
Qui remplit, en silence, les rues d’Istanbul

S’exile avec le lever du soleil
Sa succession à la ville, c’est une voile toute fine
Et la bien-aimée des feuilles vertes
Claire veloutée, la fée de lune, la goutte d’eau

Le navire blanc au port de Kasimpasa,
Fatigué d’une nuit brumeuse, les mouettes dans son pont,
Reçoit les prolétaires de la ville
Chargé de la passion d’une journée ensoleillée

Soleil du matin en ville, réveille la vie
Lève sa tête, le tour de Galata au sommet
Patauds et arrogants ponts de Halic s’étirent
La mosquée de Fatih, raccompagnant aux croyants

Photographie : Cetin Bayramoglu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :