Poster un commentaire

NAZIM HIKMET – LA FEMME

Certains disent que la femme
Est là, lors des longues nuits d’hiver, pour dormir
Certains disent que la femme
Est dans une aire verte
Pour danser comme les danseurs aux neuf clochettes
Certains disent que c’est un rêve
La peste que l’on porte au cou
Certains disent que c’est celle qui pétrit la pâte
Certains disent que c’est celle qui met au monde
Ni ceci, ni cela, ni lit, ni danseuse, ni rêve, ni peste
ELLE est mon bras, ma jambe, ma tête
Enfant, mère, femme, sœur, ma moitié
Ma compagne de vie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :