Poster un commentaire

AYTEKIN KARACOBAN – LE LONG DU JOUR

J’ai marché le long du jour
Je poserais une serrure à la porte des distances
L’attente bruineuse s’en irait
Ma joie, folle gitane,
Jouerait sans cesse de son tambour
J’ai marché le long du jour

Le jour au visage pâle, aux jambes fatiguées
Était assis devant les portes
Le vide opaque de l’habitude : “Au nom de Dieu
clément et miséricordieux”
Sa vie entre le marteau et l’enclume : “Dieu merci”
L’avenir était un regard éteint dans ses yeux
J’ai marché le long du jour

J’ai cherché ton nom sur les visages souriants
Dans les vols des oiseaux
Dans les branches qui embrassaient le vent
J’ai marché le long du jour

Les chemins m’ont emmené à la nostalgie
et à l’incendie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :