Poster un commentaire

SENNUR SEZER – JE CHERCHE MA VOIX

Je cherche une voix
Pour commencer à une nouvelle poésie
Inévitable comme un cri d’accouchement
Une voix
Aussi belle que la première pleure d’un nouveau-né

– Car nos cœurs sont ballonnés
Des douleurs et durillonnés –
Nos mains touchées aux fers ardents
Se gonflent, se font des ampoules, se durillonnent
Nos cœurs peuvent résister au feu et au fer
Forgés par la douleur
Ils sont aciérés
Mais, là, tout au fond, une graine toute petite
Bouillonne avec le bleu du ciel
Ce sont les mèches des fillettes
Et l’espièglerie de gamins qui font bouillir cette larme

Je cherche une voix
Pour une nouvelle chanson
Une voix qu’on accueillera avec espoir, joyeusement
Comme les premiers mots de petits enfants
Car désespoir est interdit
L’arbre gelé drageonnera
Rocher se lézardera, la semence germera
Mais autant j’ai tu que j’ai perdu ma voix
Ma langue se durillonna

Ma main n’a plus peur de feu
Mes ongles sont coupés courts
comme ceux de toutes les femmes de mon pays
Je peux tenir une marmite sur le feu sans brûler celles-ci
Je serre la braise sur le cœur
Mon cœur protège l’espoir avec ses durillons
Le noyau qui attend le printemps avec une faible lueur
N’a peur du feu

Je cherche une voix
Pour commencer à une nouvelle poésie
A mesure que la nuit tombe toute noire se rapproche le soleil
La neige nourrit le blé
La glace protège les poissons dans le lac
Et les perce-neiges ne meurent dans la glace

Le jour qui arrive au bout d’une épine
Comme un arbousier
J’attends le soleil
Pour finir la poésie.

Traduit par Mustafa BALEL

——-
Biography:
Sennur Sezer, [née à 12 Juin, 1943], poétesse et écrivaine turque.

En 1959 quittant la deuxième de Lycée des Jeunes Filles d’Istanbul elle commença à travailler à l’arsenal à Istanbul. En 1965 elle est devenue correctrice d’imprimerie des Editions de Varlık. Deux ans après s’est mariée avec Adnan Özyalçıner. Elle travailla comme correctrice d’imprimerie chez plusieurs maisons d’éditions et les journaux, dont Cumhuriyet et Hürriyet.

Elle est connue par ses poésies qui relatent les conditions des ouvriers d’un regard féminin bien sensible et décrivant la condition féminine.

En 1987 elle eu lauréat de Halil Kocagoz avec Bu Resimde Kimler Var [Qui existent-ils dans cette image ?] ainsi que lauréat de Yunus Nadi, prix prestigieux de poésies, en 2000 avec Kirlenmiş Kağıtlar [Les feuilles de papiers salies].

Œuvres de poésies

Direnç [La résistance], Sesimi Arıyorum [Je cherche ma voix], Bu Resimde Kimler Var [Qui existent-ils dans cette image?], Bir Annenin Notları [Les notes d’une mère], Kimlik Kartı [Pièce d’Identité], Kirlenmiş Kağıtlar [Les feuilles de papiers salies], Akşam Haberleri [Les informations du soir], et un recueil de poésies pour les jeunes: Pencereden Bakan Çocuk [L’enfant qui regarde par la fenêtre] etc.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :