Poster un commentaire

SENNUR SEZER – CHAQUE NUIT DANS MON RÊVE

Un oiseau noir fut jeté à la rive
Par les vagues dans mon rêve
Un oiseau noir
Aux ailes polluées par le mazout
Son dernier souffle dans le bec
Imprécis si c’est une hirondelle ou cormoran
Un oiseau immigrant, c’est évident
En m’inclinant je ferme ses paupières
Les yeux fixés au ciel ne se ferment
Dans mon rêve chaque nuit
Mon cœur bat follement
Tandis que son cœur s’arrête

Dans mon rêve chaque nuit
Là où l’oiseau noir fut jeté à la rive
Une paire de chevaux blancs
Se font des caresses se frottant leurs cous
Leurs crinières toutes mouillées de sueur
Les balles sur leur dos
Les entraves aux pieds
Se font de caresses
Leurs souffles accélèrent le vent

Une paire de chevaux de charge
Leurs paupières pleines de taches de rousseur
Leurs croupes pleines de cicatrices de fouet
Se font des caresses se frottant leurs cous
La rive tonne par le bruit de leur cœur
L’oiseau se traîne par les vagues
Et leurs cous palpitent
Les balles sur le dos
Les entraves à leurs pieds
Leurs poulains galopant à la rive
Dans leurs têtes

Traduit par Mustafa BALEL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :