Poster un commentaire

AYTEN MUTLU – TOUT COMME LA MORT

voilà, c’est fini faire l’amour
la nuit continue tout comme la mort

tu dis que l’amour est un pays pas encore visité
en vain de te forcer de t’éloigner
il t’est impossible de sortir de ta peau
en vain de t’approcher un peu plus
il t’est impossible de sortir de toi-même

j’écoute silencieusement les cloches de la nuit
les cloches tintent comme une plaie ouverte
les animaux de ces cloches sont tués dans ta voix

j’ai beau m’éloigner
je n’arrive jamais te quitter
en dépit de mes tentatives d’approche
je ne peux te regagner

dans tes regards
je caresse la peau frémissant du chagrin
je sais bien où et à quelle mer morte
coule le sang du perle arraché d’une huître

la nuit continue tout comme la mort
en éteignant un incendie tari dans mon coeur
je brandis l’étendard d’un feu couvert de cendres
à la tour la plus haute des cloches dans ta voix

la porte lourde de la nuit se ferme
en moi un carreau infiniment bleu se brise

j’embrasse
les larmes d’un amour comme la mort
tout comme j’embrasse tes yeux pour la dernière fois

Traduit par : Mustafa BALEL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :