Poster un commentaire

AYTEN MUTLU – LE DERNIER CADEAU

là où un oiseau seul est mort
les oiseaux virevoltent trois fois
pour offrir le chagrin au féeries de feuillage

préservez, protégez
le sommeille éternel de ce bon arbre
bénissez-le avec de beaux mots

couvrez son trône innocent
des étincelles d’une étoile récemment levé
et ensevelissez son trône isolé
des bons mots

ceux qu’il attend des vivants
sont des mots
des vains mots qui ne servent à rien

voilà, c’est fini , ni le vent,
ni la crépitation prospère des vers d’arbre
ni la nuit, ni le clair de lumière
ni la ténèbre maudite
et aussi ni le rire vif de lumière de soleil
ne caresseront plus ses écorces

virevoltez les oiseaux, virevoltez
versez de larmes à ses feuilles fanées
que ce soit le dernier cadeau de la vie à l’arbre

virevoltez encore les oiseaux trois fois
dans la forêt de gazouillement où l’arbre est mort trois fois

Traduit par : Mustafa BALEL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :