Poster un commentaire

METIN CELAL – COMME UNE MAUVAISE PLAISANTERIE

un froid reste d’hiver demeure entre nous deux
ton nom je I’épèle mal
comme ceux qui n’arrivent pas à mentir
si l’on veut on peut s’attrister selon moi

tu me regardes comme on caresse un naufragé
comme si des côtés abandonnés de la vie
c’était moi le seul méchant que tu connaisses
comme si c’était moi le responsible de toutes les injustices

cependant tu doutes des couleurs qui pâlissent
tu ne sais pas ce que racontent les traces de dents dans ta chair
avec la camisole de force don’t tu me crois digne
tu cherches à sauver ton histoire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :