Poster un commentaire

METIN CENGIZ – Lettre

-d’une lettre de femme-
Au matin
Une feuille est venue du soleil se poser sur mon visage
Au dehors le vent coupe les doigts et s’emportent
Des voix d’ailes frappant au toit

Je suis assoifée et terriblement seule

-Cheri, à présent je suis une fille
gémissant son corps jardin sacrée

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :