Poster un commentaire

METIN CENGIZ – L’âge de jeunesse

un jour viendra où ne se souviendra-t-on pas le compagnon de route
le grand secret écrit dans les livres sera diffusé
dans les rues le musicien fera tinter sa coupe
de la poésie, le poete rassemlera les saluts
l’image abondante dans les coeurs tombera en reflet au miroir
avec les toutes nouvelles tempêtes, il rendra lave
son sang, ce sera l’age de jeunesse qui adviendra au poete

ce jour- là le vent du matin se promenant par les villes
les enfants joueront de la musique sans note, cet aria
aux cheuveux en désordre deviendra cadeau aux dieux
moi, poete dans mon âge de jeunesse, je grillerai
une cigarette, tous les peuples émigreront par eux-mêmes
le printemps viendra pour le derniere fois, les amis en son jardin
brûleront les premiêrs lueurs de l’alchimie de l’existance
la signification calme de cette mage aussi sera le tremplin
pour le chant des enfants jusqu’à leurs cerf-volants

moi, poete dans mon age de jeunesse, j’aspergerai
la terre du vin de ma coupe pour offrir aux peuples
la fécondité du ciel et de la poesie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :