Poster un commentaire

METIN CENGIZ – APRES UNE TEMPÊTE

Un chant frais et doux
Le jour brillait comme chaque jour
Il offrit ses lumiers s’eternisées aux profondeurs de la terre
Coula avec le ciel aux yeux d’un homme, l’homme devint ivre
Cueillit des moineaux, des tempêtes
Des milliers tombérent de la branche, des milliers s’envolérent
Un bruissement couvrit l’endroit, vint s’enfiler en passage
Ils ne purent sortir tant les rochers du val étaient cramponnés les uns aux
autres

Ensuites, un moineau se blessant les ailes
Laissant des traces de sa plaie sur les rochers
        Sortit par le passage
Il zigzaga ainsi dans l’air
Aussitôt les moineaux sont survenus
Et ils ont commencé à chanter un chant frais et doux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :